fleurs fruits feuilles de ...

« PREV NEXT »

Melia azedarach

Arbre à chapelets . Arbre à perles . Arbre aux chapelets . Arbre de Paradis . Faux Sycomore . Fierté de l'Inde . Grand lilas . Laurier grec . Lilas . Lilas de Perse . Lilas des Antilles . Lilas des Indes . Lilas indien . Lilas pays . Margosier . Margousier azadirachta . Mélie .

Plus de photos de Melia azedarach

Famille: meliaceae

Origine: Originaire du Sud de l’Himalaya.

Synonymes:
- Melia Japonica Don.
- Melia sempervirens

Ethymologie:
Le nom spécifique, « azedarach », provient de la contraction du nom persan de cette espèce, « azad-dhirakt » signifiant « arbre noble ».

Utilisation(s):
Les feuilles sont utilisés comme un insecticide naturel souvent associé au stockage d'aliments mais ces feuilles ne doivent pas être consommées car elles sont très toxiques. La simple présence d'un tapis de branches feuillues de Melia dans une serre constitue un excellent répulsif à insectes. De la même façon, la présence d'un melia dans une zone permet de réguler naturellement la quantité d'insectes en cas de pullulation. On peut également réaliser un purin de feuilles (ou mieux de graines moulues) qui après avoir marinées 24 heures dans l'eau et avoir ajouter un « mouillant » (type savon noir) constitue un excellent insecticide (contre pucerons, chenilles,mouches mineuses, aleurodes , araignées rouges) et antifongique (contre l'oïdium, fusariose, rouille). La rémanence est de 4 à 7 jours.

Les feuilles servent aussi de litière aux malabars-tamouls pendant leur carême, jeûne obligatoire avant leur "marche sur le feu".

Le feuillage sert également de fourrage aux cabris.

L'espèce est principalement utilisée pour son bois de moyenne densité dont la couleur varie du jaune rosé au rouge foncé. En apparence, il est facilement confondu avec le teck (Tectona grandis). Melia azedarach, comme les autres membres de la famille des Meliaceaea, a un bois de haute qualité; résistant aux insectes xylophages; il est employé en construction, en ébénisterie, en tournage (fauteuils et chaises du "Gol"), en sculpture ainsi que pour la confection d'instruments de musique, mais, contrairement à de nombreuses autres espèces quasi-éteintes d'acajou, celle-ci est sous-utilisée.

Le Lilas de Perse, largement planté en Asie comme arbre de temple, est actuellement utilisé en tant qu'arbre de reboisement en Chine, en Inde, en Amérique du Sud et Centrale.

Aussi connu sous le nom de « Ghoda neem» (Neem des chevaux) en bengaliou « Vilayati neem » (Neem étranger) dans la région du Bundelkhand (centre de l'Inde), on le confond souvent avec le neem (Azaderachta indica) ou margousier mais ses feuilles ne sont pas aussi amères que le neem.

Les graines à 5 côtés ont la particularité de présenter un trou en leur centre. Ce qui fait qu'elles étaient utilisées pour en faire des chapelets et d'autres produits nécessitant des perles. C'est d'ailleurs pourquoi cet arbre est parfois appelé « arbre à chapelets ».

Des graines oléagineuses, il était extrait jadis une huile d'éclairage.

Propriétés médicinales : La décoction d'écorce est vomitive, vermifuge, antispasmodique et soigne la fièvres paludéennes ; en bains, combat les maux de reins, les convulsions, la rougeole, l'eczéma et les écoulements contagieux. L'huile est bonne pour les reins et le foie ; l'infusion à forte dose est toxique, provoquant vomissements et diarrhée. Le bain ou le cataplasme de feuilles est bon pour les rhumatismes, la goutte, la gale et la rétention d'urine.

Biologie: Originaire du sud de l'Himalaya, le Lilas de Perse Melia azedarach est cultivé depuis des siècles comme arbre de temple en Perse, à Ceylan et dans la région de l'actuelle Malaisie; il est aujourd'hui largement répandu jusque dans les régions subtropicales et méditerranéennes (il peut supporter brièvement des températures allant jusqu'à -10°C). A la réunion, le Lilas de Perse fait partie des essences exotiques à croissance rapide introduites dès le milieu du 19ème siècle, lorsque les propriétaires éclairés et les responsables administratifs prirent conscience de la nécessité du reboisement, pour lutter contre l'érosion des sols et produire le bois dont l'île avait besoin. Il est fréquent dans l'Ouest jusqu'à 600-700 m d'altitude et est relativement résistant à la sècheresse, prospérant avec une pluviosité de 600 mm de pluie seulement. L'espèce se régénère spontanémént et est actuellement considérée comme invasive aux Etats Unis.

Particularité:
Espèce toxique
Cette espèce est parfois confondue avec le Margousier. Mais ce dernier possèdent des fleurs entièrement blanches, et une écorce classique sans striures.

Ajouter un commentaire sur Melia azedarach

Description: Arbre pouvant atteindre 15 m de hauteur; écorce crevassée verticalement, de couleur rougeâtre, laissant apparaître l'aubier jaune clair (voir plus de photos). Feuilles composées, caduques, alternes, à long pétiole, bipennées, de 20 à 50 cm de long, à folioles vert foncé dessus et vert plus clair dessous, ovoïdes, elliptiques et pointues, incisées de façon acérée et irrégulière (photo 4). Inflorescences en panicules aérés de 20 à 25 cm (photos 1 et 3). Fleurs à corolle quintuple de couleur lilas, tube staminal et style de couleur violette, étamines jaunes (photo 5 et voir plus de photos). Malgré un agréable parfum de lilas, les fleurs sont peu attractives pour les abeilles et les papillons. Fruits: bouquets pendants de drupes sphériques, de couleur jaune clair, de 1,5 cm de diamètre, perlées, devenant ridées avec le temps (photos 2 et 3). Sous la pelure assez épaisse de la drupe se trouve la chair, pulpe blanche collant aux doigts, amère puis douceâtre. Cette pulpe est réputée vénéneuse, voire toxique. Les noyaux sont osseux, à six côtes longitudinales, contenant six loges, renfermant chacune une graine elliptique noirâtre.

Où peut-on l'observer :
L'Université du Moufia à St Denis
Le Conservatoire botanique de Mascarin (Saint Leu)
Le Jardin d'Eden (Ermitage-Les-Bains)
Le jardin de l'Etat à Saint Denis
Le Parc de la Trinité (Saint Denis)
Le sentier littoral Nord (St Denis - Ste Marie - Ste Suzanne)

Bibliographie par Serge Chesne :
1. Langlade F. et Figier J. : Plantes du secteur Nord du Campus du Moufia.
2. Cadet Th. : A la découverte de la Réunion - Volume 5 - Flore. Editions Favory (1983)
3. Documentation « Office National des Forêts » Région Réunion.
4. Bois de l’île de la Réunion – Inventaire des principales essences utilisées. Commissariat à l’artisanat (1986).
5. Bärtels A . : Guide des Plantes Tropicales.
6. Rivière J-N. E. : Arbres et arbustes exotiques à la Réunion.
7. Le Corre G., Exbrayat A. : Fleurs des Tropiques (1985). Editions Exbrayat, Fort de France.
8. Le Bellec F. et Renard V. Le grand livre des fruits tropicaux. Editions Orphie (2001).
9. Sastre C. et Breuil A. Plantes, milieux et paysages des Antilles françaises - Ecologie, biologie, identification, protection et usages. Biotope, Mèze - Collection Parthénope (2007).
10. http://fr.wikipedia.org
11. www.flore-reunion.com
12. www.barbadine.com

Auteur des photos: Serge Chesne

Plantes appartenant au même genre ou à la même espèce :
melia azedarach

Fiche modifiée le : 23/03/2015



Préparation d'un insecticide avec le lilas de perse

Le lilas de Perse est un insecticide qui est efficace sur les pucerons, les cochenilles, les aleurodes et les fourmis noires. Il a également une activité fongicide sur la fumagine. Pour préparer 10 L de solution, il faut commencer par écraser une bonne poignée de graines vertes ou mûres. On rempli le seau avec de l'eau. On laisse reposer 2 à 3 jours jusqu'à apparition d'une mousse blanchâtre à la surface de l'eau. on filtre 2 fois à travers un tissu. On verse la solution dans un pulvérisateur additionné d'un mouillant (ex : du liquide vaisselle). On pulvérise de préférence à la tombée du jour, car l'insecticide est sensible à la lumière. On réalise 2 ou 3 applications à 3-4 jours d'intervalle.

Sources : © fleurs-fruits-feuilles-de.com

5 avis

Vos commentaires sur Melia azedarach


Message :










© 2012/2018 - Fleurs Fruits Feuilles de - Mentions légales -