fleurs fruits feuilles de ...

« PREV NEXT »

Casuarina equisetifolia

Aito . Arbre de fer . Filao . Filao à feuille de prêle . Filao bord de mer . Pin australien . Toà .

Famille: casuarinaceae

Origine: Australie et Indonésie.

Synonymes:
* Casuarina litorea L. var. litorea
* Casuarina littorea Rumph.

Ethymologie: Casuarina a été employé la première fois par Rumphius faisant allusion à la ressemblance supposée du feuillage de Casuarina equisetifolia avec le plumage du Casoar.

Utilisation(s):
Dès le milieu du 19ème siècle, Casuarina equisetifolia est utilisé pour fixer les sables dunaires des environs de Saint-Paul, puis les sables coralliens le long des plages de Saint-Gilles. A partir de 1874, le service forestier colonial entreprend le reboisement du périmètre sablonneux compris entre l'Etang du Gol et la Ravine des Avirons. Presqu'entièrement détruit à la fin de la deuxième guerre mondiale, le massif forestier de l'Etang-Salé a été reconstitué à partir de 1947 avec Casuarina equisetifolia mélangé à d'autres espèces (Lilas de Perse, Bois noir des Bas, Tamarin de l'Inde).
Il se comporte en pionnier sur les coulées volcaniques.
Son bois très dur, fibreux, brun pâle à rose, au grain serré, aux fibres contrariées, donc de travail difficile, constitue un excellent bois de charpente employé brut ou équarri. Il a tendance à se vriller et à se fendre.
Il a été utilisé autrefois pour la construction de pirogues et sert actuellement à fabriquer des battoirs pour confectionner le "tapa", une étoffe végétale obtenue par la technique de l'écorce battue, technique encore utilisée dans l'artisanat d'art en Océanie, en Amérique du Sud, en Afrique Centrale et en Indonésie. Ces étoffes sont surtout utilisées à l'état naturel mais certaines sont teintes en rouge ou en jaune à partir de colorants d'origine végétale.
Ses aiguilles abondantes peuvent être utilisées comme combustible pour le fumage artisanal du poisson ou comme compost dans le maraîchage et l'horticulture.
De ses fleurs on extrait des huiles essentielles utilisées dans l'industrie de la parfumerie.
A la Réunion, le bois de Casuarina equisetifolia, qui est un excellent combustible, a été utilisé dans le passé pour alimenter les chaudières des locomotives. Il brûle en libérant beaucoup de chaleur et ne laisse qu'une fine cendre blanche.
Actuellement, il est en régression dans les zones sèches où il est attaqué par un insecte foreur.

Biologie:
D'origine Australienne, Casuarina equisetifolia est également présent sur les côtes d'Indonésie, de Malaisie, des Iles du Pacifique et des Mascareignes. A la réunion, cet arbre, très commun, fait partie des trois espèces introduites utilisées dans le reboisement.
Son biotope le plus favorable est constitué par les sables littoraux de la zone Sous le Vent, mais il est également employé dans le secteur Au Vent plus humide, en arrière du littoral, planté en îlots ou en franges coupe-vent et servant quelquefois d'ombrière pour le vanillier, surtout dans le Sud-Est où il s'est naturalisé. On le trouve jusqu'à 300 m d'altitude.Il est résistant au vent, aux cyclones, aux embruns et nécessite beaucoup de lumière: ses graines ne peuvent pas germer dans l'ombre de l'arbre-géniteur.
Dans le Grang-Brûlé, le filao s'installe spontanémént sur les nouvelles coulées de lave; en augmentant la concentration en azote des sols volcaniques récents, il se substitue aux plantes indigènes à croissance plus lente et interrompt la succession végétale habituelle.

Particularité: Filao vit en symbiose avec une actinobactérie filamenteuse du genre Frankia (bactérie Gram +) ; celle-ci évolue sous forme de filaments rayonnants, au niveau du système racinaire, pompant l'azote atmosphérique de l'air pour enrichir le sol. Cette symbiose permet au filao de s'installer de façon pionnière.
Plus de soixante souches de Frankia ont été isolées à partir de nodules de Casuarina equisetifolia collectés au sénégal et en Gambie.

Ajouter un commentaire sur Casuarina equisetifolia

Description: Arbre monoïque mince, à croissance rapide, pouvant atteindre 25 m de haut. Couronne aérée dont le port et le feuillage rappellent un conifère, alors que l'arbre fait partie des feuillus. Tronc à peu près cylindrique et presque droit, annelé sur l'arbre adulte. Ecorce gris cendré à brunâtre, gerçurée, dont la texture évolue avec l'âge: elle devient profondément crevassée, rugueuse, et se détache en bandes longitudinales. Les branches minces font penser à une plantule de prêle. Feuilles: verticillées et réduites à de minuscules écailles pointues, sans chlorophylle, qui sont réunies aux noeuds en un limbe court entourant la tige ; les « aiguilles » vert-bleu qui font office de feuilles sur le plan physiologique entrenoeuds) sont en fait des rameaux filiformes et articulés et non des feuilles. Fleurs apérianthées, unisexuées. Les fleurs femelles sont petites (2-3 mm de diamètre), rougeâtres et regroupées en glomérules denses (une bractée, pistil, stigmate bilobé) qui se transforment en petits cônes ligneux, spiralés, épineux, de 1,5 sur 1 cm, verts puis marrons à maturité, longtemps présents sur l'arbre, insubmersibles, transportés par les courants marins. Ces cônes sont en fait constitués d'une juxtaposition de fruits secs, indéhiscents, ailés (samares). Les fleurs mâles sont des petits cônes ronds insignifiants, de couleur crème virant au brun. Les graines sont rouge-brun et conservent leurs propriétés germinatives pendant trois ans.

Où peut-on l'observer :
L'ilet à Guillaume (La Montagne)
L'Université du Moufia à St Denis
Le Parc de la Trinité (Saint Denis)
Le Parc du Colorado (La Montagne)
Le sentier littoral Nord (St Denis - Ste Marie - Ste Suzanne)

Bibliographie par Serge Chesne :
1. Langlade F. et Figier J. : Plantes du secteur Nord du Campus du Moufia.
2. Cadet Th. : A la découverte de la Réunion - Volume 5 - Flore. Editions Favory (1983)
3. Tout savoir sur la Flore tropicale (2006), Editions Grand Sud
4. Documentation « Office National des Forêts » Région Réunion.
5. Rivière J-N. E. : Arbres et arbustes exotiques à la Réunion.
6. Bois de l'île de la Réunion - Inventaire des principales essences utilisées. Commissariat à l'artisanat (1986).
7. L'île de la Réunion par ses plantes - Conservatoire Botanique de Mascarin. Editions Solar (1992).
8. Sastre C. et Breuil A. Plantes, milieux et paysages des Antilles françaises - Ecologie, biologie, identification, protection et usages. Biotope, Mèze - Collection Parthénope (2007).
9. Ternisien A. et Le Bellec F. Mon jardin tropical. Edtions Orphie (2003)
10. http://fr.wikipedia.org/wiki/Filao
11. http://www.lesarbres.fr/fiche-filao.php
12. http://www.guebre-mariam.org/fr/arb.php
13. http://www.issg.org/database/species/distribution_detail.asp

Auteur des photos: Serge Chesne

Plantes appartenant au même genre ou à la même espèce :
casuarina equisetifolia



0 avis

Vos commentaires sur Casuarina equisetifolia


Message :










© 2012/2017 - Fleurs Fruits Feuilles de - Mentions légales -