fleurs fruits feuilles de ...

« PREV NEXT »

Elaeodendron orientale

Bois d'olive (île Maurice) . Bois rouge .

Plus de photos de Elaeodendron orientale

Famille: celastraceae

Origine: Endémique des Mascareignes.

Synonymes:
* Cassine orientalis (Jacq.) Kuntze
* Cassine orientalis (Cav.) Harms
* Elaeodendron indicum Gaertn.
* Rubentia angustifolia Colla
* Rubentia longifolia Desf.
* Rubentia mauritiana Desf.
* Rubentia olivina J.F.Gmel.

Utilisation(s):
La qualité de son bois fait qu'il a été utilisé, autrefois, dans la construction, le bordage des navires, la fabrication de pirogues.
Actuellemnt, cette espèce est cultivée en pot comme plante ornementale et en forêt pour la production de bois de qualité (bois dense rouge) utilisé en construction, menuiserie, ébènisterie.
Restauration écologique, alignements de bords de routes.
Le bois et l'écorce sont utilisés par les tisaneurs; les feuilles sont toxiques à forte dose, et sont utilisées en usage externe, pour leurs propriétés astringentes et émollientes : en bains contre la gonorrhée, la blennorragie et le tambave des enfants. La décoction de feuilles stopperait l'hypertension.

Biologie: Le Bois rouge a laissé son nom à différents quartiers de l'île; il est assez fréquent le long des ravines et à la base des cirques dans l'Ouest; en bonne exposition, on le trouve encore à 1400m d'altitude dans le Cirque de Cilaos (Forêt du Grand Matarum. Bien que préférant la zone semi-sèche, il a également prospéré dans l'Est, à très basse altitude (localité de Bois rouge à sainte Suzanne). On le trouve également sur les coulées de laves récentes dans le Sud-Est.

Ajouter un commentaire sur Elaeodendron orientale

Description: Grand arbre atteignant 15 m de hauteur, à cime régulière, arrondie. Tronc de 30-90 cm de diamètre à la base, tordu et irrégulièrement cannelé (photo 5). Ecorce: orange vif à l'intérieur. Feuilles opposées, parfois sub-opposées, rarement disposées par trois. Hétérophyllie de développement : feuilles juvéniles (semis, rejets de souches) sessiles, longues, linéaires, étroites, souvent plus ou moins falciformes, à marges révolutées, entières ou ayant quelques dents distantes (photo 2 et voir plus de photos); feuilles de transition à pétiole et nervure principale rouges, à limbe progressivement plus large et plus nettement crénelé par des échancrures glanduleuses (photo 3); feuilles adultes à pétiole long de 5-20 mm, canaliculé ou plan sur la face supérieure; limbe vernissé dessus, vert plus clair dessous, plus ou moins épais, elliptique ou elliptique-oblong à obovale (2,5-10 x 1,5-8 cm), le plus souvent obtus au sommet et plus ou moins apiculé par une pointe creuse ou épaissie, devenant noire en séchant, à marges épaisses, révolutées, glanduleuses-crénelées; nervation réticulée, saillante sur les deux faces; nervure médiane épaisse, saillante sur la face inférieure. Inflorescence: cyme bipare sur des pousses nouvelles, axillaires ou aux noeuds défeuillés, au-dessous des feuilles. Très petites fleurs hermaphrodites à 5 pétales vert-jaune safran (photo 4). Le fruit est une drupe contenant une ou deux graines dans un noyau osseux et ressemblant à une olive (d’où son nom mauricien), verte pendant la maturation, brune en séchant après la chute (photo 1).

Où peut-on l'observer :
L'Université du Moufia à St Denis
Le Conservatoire botanique de Mascarin (Saint Leu)
Le Grand Etang (Saint Benoit)
Le jardin de l'Etat à Saint Denis
Le Parc de la Trinité (Saint Denis)
Le sentier littoral Nord (St Denis - Ste Marie - Ste Suzanne)

Bibliographie par Serge Chesne :
1. Langlade F. et Figier J. : Plantes du secteur Nord du Campus du Moufia. Laboratoire de Biologie Végétale – Université de la Réunion.
2. Flore des Mascareignes – La Réunion, Maurice, Rodrigues - (Bosser, J., Cadet, T., Gueho, J., Marais, W. – Volume 72 (1997) – Publiée par The Sugar Industry Resarch Institute, Mauritius – L’Office de la Recherche Scientifique et Technique Outre-mer, Paris – The Royal Botanic Gardens, Kew.
3. Atkinson R.and Sevathian J-C. – A guide to the plants of Mauritius. – Mauritian Wildlife foundation (2005).
4. Cadet Th. : A la découverte de la Réunion - Volume 4 - Flore. Editions Favory (1985)
5. Lucas R. : Cent plantes endémiques et indigènes de la Réunion (2007).
6. Lavergne R. : Tisaneurs et Plantes médicinales de l'île de la Réunion (1990).
7. http://arbres-reunion.cirad.fr/
8. www.flore-reunion.com
9. Office National des forêts : Guide botanique- Réserve Naturelle Saint-Philippe Mare Longue (deuxième édition, 2005).

Auteur des photos: Novy

Plantes appartenant au même genre ou à la même espèce :
elaeodendron orientale

Fiche modifiée le : 17/09/2014



0 avis

Vos commentaires sur Elaeodendron orientale


Message :










© 2012/2018 - Fleurs Fruits Feuilles de - Mentions légales -